COVID-19 Le Télétravail c’est la règle SAUF au Crédit Agricole !


Publié le 04/11/20
Dernière mise à jour le 04/11/20

 

4 Novembre 2020

Lettre ouverte du syndicat SUDCAM
aux Directeurs de Caisses Régionales


Copie Inspection du travail  Préventeur MSA  et médecine du travail

Monsieur Le Directeur,

Les élus SUDCAM vous sollicitent suite au CSE  dans lequel ont été présentées les mesures à mettre en place pour faire face à ce second confinement.

Ces mesures font suite aux annonces du Président de la République, du Premier Ministre, du Ministre de la Santé et de la Ministre du Travail sur la mise en place du confinement dans notre pays. Elles ont de plus été relayées au Crédit Agricole par Philippe BRASSAC.

Dans ces annonces il a été demandé que le télétravail ne soit pas une « option » (cf. protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l’épidémie de COVID-19 Actualisé au 29 octobre 2020)

Le télétravail doit donc désormais « être la règle pour l’ensemble des activités qui le permettent » : l’intégralité du temps de travail devant être réalisée en télétravail « pour les salariés qui peuvent effectuer l’ensemble de leurs tâches à distance ».

Nous nous étonnons de voir des collègues des sièges en présentiel alors que leurs tâches peuvent être réalisées en télétravail. Non seulement le protocole d'entreprise est en dessous de ce que prévoit le décret mais en plus, en interne, ce protocole d'entreprise n'est lui-même pas appliqué puisque sujet à interprétation par les managers qui doivent le mettre en oeuvre.

De plus, nous savons, pour l'avoir tous vécu lors du premier confinement, que le télétravail une semaine sur deux est possible face à l'enjeu sanitaire pour l’ensemble des agences, qui d’ailleurs ont démontré leur implication puisqu’à fin septembre aucun secteur n’est en dessous d’un taux d’atteinte REC de 90% !


L’attestation de déplacement dérogatoire précise bien que le seul motif autorisé impactant les clients des banques est : « les déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l'activité professionnelle, des achats de première nécessité [3] dans des établissements dont les activités demeurent autorisées, le retrait de commande et les livraisons à domicile ;
[3] Y compris les acquisitions à titre gratuit (distribution de denrées alimentaires...) et les déplacements liés à la perception de prestations sociales et au retrait d'espèces. »

Aujourd’hui nous observons que les clients se présentent en agence pour des opérations qui peuvent se faire à distance ou être reportées (échéance PEL en janvier, opposition prélèvement, changement de RIB, virements et la liste est non exhaustive) opérations dont vous trouverez la liste dans votre document « opérations réalisables à distance »; Nous voyons même, dans certaines agences, un flux de client plus important que d’habitude et rendant le nombre de personnes à l’accueil difficilement maitrisable.

Nous vous rappelons les 9 principes de prévention des risques tels que décrits dans l'article 4121-2 du code du travail :
L'employeur met en oeuvre les mesures prévues à l'article L. 4121-1 sur le fondement des principes généraux de prévention suivants:
1° Eviter les risques;
2° Evaluer les risques qui ne peuvent pas être évités;
3° Combattre les risques à la source;
4° Adapter le travail à l'homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail ainsi que le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production, en vue notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé;
5° Tenir compte de l'état d'évolution de la technique;
6° Remplacer ce qui est dangereux par ce qui n'est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux;
7° Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l'organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l'influence des facteurs ambiants, notamment les risques liés au harcèlement moral, tel qu'il est défini à l'article L. 1152-1;
8° Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle;
9° Donner les instructions appropriées aux travailleurs.

Des salariés en détresse nous contactent, ne comprenant pas qu’on les expose ainsi en agence aux demandes parfois agressives des clients. 
Nous craignons une montée des risques psycho-sociaux dans notre entreprise si nos collègues sont mis en contact direct avec des clients en souffrance et qui reportent leur agressivité sur nous.
Cette injonction à travailler en présentiel est très discriminante entre réseau et siège et ce n’est positif pour personne.

Si on se réfère à l'article 4121-1 du Code du Travail, il en va de votre responsabilité si des salariés tombent malade de la COVID19 alors qu'ils travaillent, et des mesures plus protectrices peuvent être mises en place comme cela avait été fait lors du premier confinement :
- Rendez- vous en distanciel,
- Contrôle des entrées en agence à l'aide de la grille fermée,
- Mise en place du télétravail en rotation pour tous, pour « réduire les interactions sociales » comme indiqué dans le protocole gouvernemental
- Aménagement des horaires : une réduction du temps de pause déjeuner, un « lissage des horaires de départ et d'arrivée du salarié afin de limiter l'affluence aux heures de pointe » comme indiqué dans le protocole gouvernemental)

Lors du 1er confinement les agences ont continué à fonctionner et à accompagner nos clients grâce au télétravail, aux grilles fermées, aux horaires aménagés, mais en toute sécurité. D'ailleurs nos clients en ont été très satisfaits. Pourquoi ne pas le refaire ?

Nous estimons que vous devez faire mieux ! Nous sommes conscients que la Direction de notre Caisse Régionale peut, si elle le souhaite, garantir une meilleure sécurité pour les salariés mais aussi les clients en apportant des solutions plus adaptées.

Nous vous demandons de réviser vos décisions et d’accéder à nos demandes qui ne font que suivre les préconisations du gouvernement et de notre fédération. Nous espérons que vous ne sacrifierez pas la santé et la sécurité de vos salariés sur l’autel de la production commerciale.

L’union syndicale SUD CAM Crédit Agricole.