Greve au CA Atlantique Vendée : TROISIEME jour !


Publié le 06/04/17
Dernière mise à jour le 06/04/17

Depuis plusieurs semaines, la colère gronde au Crédit Agricole Atlantique Vendée,
Les délégès syndicaux ont à maintes fois fait part des inquiétudes légitimes des salariés .
La direction écoute n'entend pas .

 

Le 28 Février, une intersyndicale se crée et adresse cette lettre :

Monsieur le Directeur Général,
Messieurs les Directeurs Généraux Adjoints,
Monsieur le Directeur des Ressources Humaines,

Vous avez convoqué les Délégués Syndicaux le vendredi 3 mars à une réunion de négociation sur les conditions d’accompagnement du projet distributif BMDP.

Ce projet, mené en test sur le secteur Challans/Pays de Retz depuis un an a fait l’objet de nombreux échanges auprès des instances représentatives du personnel (CE/CHSCT), mais à ce jour vous n’avez pas souhaité modifier ce projet pour prendre en compte les demandes remontées.

Depuis plusieurs années nous avons connu une forte dégradation des conditions de travail dans un contexte social de plus en plus tendu.

Un projet comme celui-ci ne peut se traduire par une dégradation supplémentaire et ne peut se faire qu’avec l’adhésion des salariés.

En conséquence, nous vous demandons de remplacer la réunion de négociation de vendredi 3 mars par une réunion de la Commission de Concertation Sociale en vue de revoir le projet sur les 3 points suivants :

- Les horaires de travail
- Les pesées des postes
- Le maillage

Veuillez agréer Messieurs, l’expressions de nos sentiments distingués.

Les Délégués Syndicaux CFDT
Les Délégués Syndicaux SNECA
Les Délégués Syndicaux SUD

3 Mars : A la demande des représentants des 3 Organisations Syndicales, la Direction a convoqué ce matin la Commission de Concertation Sociale.
Triste constat d’échec puisque les demandes ont été balayées rapidement.
Voici l'  Intervention Intersyndicale du 3 mars sur le sujet : BMDP     lue en séance  ( format pdf )
 

Au delà des horaires et des pesées de postes, c’est aussi une véritable hécatombe pour les points de vente.
Où sont donc passées les valeurs de « Banque Mutualiste et Coopérative, attachée à son territoire »?

16 Mars : 700 grèvistes ( bientôt des photos ici )
la Direction reste figée, Assemblée générale des salariés, établissement d'un cahier de revendications et envoi de ce document au DG,  signé par l'ensemble de l'Intersyndicale :

Lors de la réunion de concertation sociale du 3 mars 2017 les trois organisations syndicales vous ont demandé de négocier les points suivants du projet BMDP :
- Les horaires
- Le maillage
- Les pesées de certains emplois

Les trois organisations syndicales vous ont rappelé qu’elles n’étaient pas opposées au projet global mais souhaitaient en négocier certains points.

Suite à votre réponse négative, les organisations syndicales CFDT, SNECA et SUD ont pris leurs responsabilités et ont invité hier les salariés de la Caisse régionale à cesser le travail.

Les grévistes présents lors de l’Assemblée Générale ont donné mandat aux organisations syndicales pour vous porter le cahier de revendications suivant.

Préalablement, nous souhaitons ici dénoncer les menaces exercées auprès des salariés du secteur Challans Pays de Retz par le Directeur de Secteur d’Agences pour les inciter à ne pas faire grève et les pressions vécues sur les Secteurs de Nantes St Herblain et Erdre et Loire.

Nous dénonçons avec fermeté ces agissements qui sont en totale contradiction avec les engagements de la Direction qui figurent dans l’accord sur le Droit Syndical où elle reconnaît le caractère inaliénable de la grève.

CAHIER DE REVENDICATIONS

 Les horaires :
La BMDP peut se faire avec les horaires actuels
Maintien des horaires de fin de journée (18h20)

 Pesées des emplois :
Passage en RCE 9 des emplois de Conseillers Pro/Patri/Agri
Création de 2 métiers différenciés de Conseiller Clientèle Multicanal en niveaux 5 et 6 fondés sur la segmentation

 Maillage :
Non aux points de vente en fonctionnement alterné dans les conditions actuelles
Non aux fermetures massives de points de vente 
Requalification des Agents d’Application des sièges au niveau de Techniciens :

Avec le projet BMDP la direction reconnait la technicité des emplois en supprimant la classe 1. Avec la sous-traitance et les coopérations il doit en être de même pour les métiers des sites.

 Embauches CDI :

Siège : des embauches au sein des services des filières Crédits et Assurances, de Comptes Clients et Services ainsi que Clientèle Accompagnée.

Réseau : 1 Conseiller Clientèle Multicanal supplémentaire par grappe d’agences

Les organisations syndicales vous demandent l’ouverture dès mardi prochain de négociations sur ces sujets afin d’aboutir à un accord avant le 28 mars 2017, date limite fixée par l’Assemblée Générale des salariés.

Les Organisations Syndicales CFDT, SNECA et SUD

21 mars, un mail de la Direction : ENFIN , nous allons pouvoir discuter autour du cahier de revendications envoyé le 17 Mars.

Nous avons reçu le mail lundi à 18h34 pour une réunion à tenir le lendemain à 14h …

Au cours de cette réunion marathon (5 heures), rien n’est vraiment ressorti.

La Direction aura essayé de reprendre la main sur le calendrier (la date du 28 mars fixée par l’Assemblée Générale pour aboutir ne lui convient pas) mais n’y est pas parvenu.
Elle aura aussi essayé de voir si des brèches existaient dans l’intersyndicale mais ce qui est sûr c’est que cette dernière est solide … très solide … et ne lâche rien !

Enfin et surtout, l’intersyndicale a tenu sur le mandat qui lui a été donné par l’Assemblée des grévistes, à savoir : maintien des horaires actuels de fin de journée pour tous les métiers (18h20).

Il nous a semblé voir que la Direction était prête à revoir les contours du projet sur ce point.

Pour les autres revendications portées, rien de vraiment concret actuellement mais les débats doivent se poursuivre vendredi à partir de 9h (nous attendons la convocation … que nous recevrons peut-être jeudi à 18h34…)

Nous aborderons alors les revendications que vous nous avez demandé de porter :
– les pesées des postes des métiers Pro/Agri/Patri
– les pesées des postes (5 et 6) des CCM différentiés selon la segmentation
– les effectifs à renforcer dans certains services du siège et dans le réseau
– le passage du RCE 4 au RCE 5 des Agents d’Application des sièges
– le maillage
Avec un fil conducteur : les conditions de travail .

22 mars : Présentation d’un dossier de réorganisation de la structure de la filière assurances ce jour en Comité d’Entreprise.

Ca fait maintenant des mois que les élus de Comité d’Entreprise martèlent que le dimensionnement de la filière assurances n’est pas suffisant concernant les deux services suivants:
– Développement de l’assurance (SAV et CM@)
– Gestion contrats privés et pro
Et les témoignages recueillis lors de l’Assemblée Générale des salariés le 16 mars nous ont conforté en ce sens.

Aujourd’hui en Comité d’Entreprise, la Direction est arrivée avec un dossier concernant le premier de ces services : développement de l’assurance

Le dossier comporte la création de 5 postes de Conseillers Clientèle (RCE 5) pour la cellule CM@ ainsi que la création d’1 poste de Chargé de Gestion de Relation Client (RCE 10) qui sera chargé de la prévention des risques en portefeuille dans le domaine de l’assurance (contrats portant un risque élevé).

Il comporte également la suppression d’1 poste de Technicien au SAV (RCE 7 actuellement vacant) ainsi que la suppression d’1 poste de Moniteur de la relation client (RCE 9)

L’avis des élus devait être recueilli le 27 avril pour un déploiement au second semestre 2017.

Les élus du Comité d’Entreprise ont pris leurs responsabilités et ont souhaité rendre un avis immédiatement (sans attendre le délai d’un mois), invitant ainsi la Direction à prendre les siennes : mise en place immédiate de cette réorganisation avec ouvertures des candidatures rapidement.

Nous avons également demandé à la Direction de se pencher rapidement sur les problématiques rencontrées par le service Gestion contrats privés et pro, lui rappelant que les salariés de ce service (comme beaucoup d’autres) souffrent et ont des conditions de travail qui ne sont pas acceptables.

24 mars : Publication de l'intersyndicale :

Après  5 heures de réunion mardi 21 et encore 3h30 ce vendredi 24, on peut se demander si la Direction prend vraiment la mesure du malaise actuel et des points crispants de son projet de réorganisation.

En effet, les avancées sont très timides et nous avons le sentiment que la Direction a pour seul objectif de gagner du temps.

Ce qui est sûr c’est que l’intersyndicale CFDT/SNECA/SUD ne faiblit pas et ne compte pas en rester là.

Une prochaine réunion est programmée mardi 28 mars à 9h30 à La Roche et nous en attendons des avancées significatives pour pouvoir vous en faire retour comme le prévoit le mandat que vous nous avez donné.

L’Intersyndicale CFDT/SNECA et SUD

Conditions de travail :

- Embauches en CDI dans le réseau (1 CCM supplémentaire par grappe d’agence) : refus de la Direction

- Embauches en CDI au sein des filières Crédits et Assurances, Clients Comptes et Services ainsi que Clientèle Accompagnée : Créations de postes au sein de la filière assurance (CM@) … dossier déjà dans les tuyaux et dont la mise en place arrive à point.

Il reste à régler les problématiques de la partie Gestion Assurances et aucune réponse n’est apportée pour les autres services.

Horaires :

- Ouverture de la Direction pour « accorder de la souplesse » et permettre aux salariés qui le souhaitent (avec ou sans enfant) de partir dès 18h20.

A force de creuser ce point, la Direction finit par nous dévoiler que les salariés iraient puiser ce temps dans leur réserve de jours de RTT (Le salarié financerait lui-même ses départs anticipés)

Donc le salarié qui opterait pour cette solution utiliserait 15 jours de RTT (sur son total de 21) dans l’année pour « s’accorder cette souplesse » tous les soirs …

Pesées de postes :

- Pour les métiers de Conseillers Clientèle Multicanal : REFUS de la Direction de mettre en place un double niveau de RCE (5 et 6)

- Pour les métiers spécialisés Patri/Pro/Agri : REFUS de la Direction de positionner ces métiers en RCE 9.

Seule ouverture : accorder un niveau de RCP 9 aux salariés Pro/Agri « Grande Clientèle » actuels.

Maillage :

- Fermetures d’agences : REFUS de modifier celles-ci ; elle s’engage à nous fournir les éléments économiques qui l’ont conduite à faire ces choix.

- Fonctionnement alterné des points de vente : REFUS d’aborder ce point.

Requalification des Agents d’Application des sièges au niveau de Techniciens :

Nous avons chiffré le « coût » de cette reconnaissance à 100 000€ à peine par an.

REFUS de la Direction de mettre en place cette requalification aujourd’hui ; éventuellement étude à mener dans le temps.

Les propositions de la Direction ne sont pas acceptables

L’intersyndicale a décidé de ne rien lâcher sur le mandat qui a été donné

Restons Mobilisés

Info de dernière minute : l’Assemblée Générale de la Caisse Régionale serait décalée au 12 avril
(un mercredi au milieu des vacances scolaires)

La Direction a elle peur que les salariés s'invitent ?

28 mars :   Nous prenons tous connaissance de la Déclaration du Président CA Atlantique Vendée le 24 mars 2017     (format pdf)

Vous êtes nombreux à nous avoir fait part de votre écœurement à propos de ce courrier rédigé par le Président du Conseil d’Administration et relayé par l’encadrement dans l’Entreprise.

Ce courrier,  destiné aux élus du Comité d’Entreprise, accusés de conduire un conflit « irresponsable » et donc à l’ensemble des salariés grévistes du 16 mars.

Il n’était pas dans notre intention de diffuser ce courrier, mais puisque la Direction a décidé de le diffuser largement dans l’entreprise, alors, allons-y …

Juste un rappel Mr Le Président: ce ne sont pas les élus de CE qui ont appelé à la gréve, mais les Organisations Syndicales
Il est dommage que votre amertume du conflit de 2011 vous conduise encore à confondre les rôles de chacun:
– le Comité d’Entreprise émet des avis sur la marche de l’entreprise
les Organisations Syndicales veillent à la défense des intérêts des salariés

Alors, ne vous en déplaise, Mr le Président, nous sommes dans notre rôle quand nous estimons que:
les conditions de travail sont détériorées dans l’Entreprise à des niveaux que nous n’avons pas connu depuis votre arrivée
l’écoute de La Direction que vous avez désigné n’est pas à la hauteur du malaise existant
– le projet que vous conduisez ne remplit pas les missions d’Entreprise Mutualiste et Coopérative en abandonnant son territoire
– la reconnaissance de l’investissement des salariés de votre entreprise n’est pas à la hauteur de leur engagement

Votre courrier reflète surtout le fossé qui existe actuellement entre les salariés de l’Entreprise et les sphères dirigeantes dont vous faites partie et qui ne cesse de se creuser.

Cordialement, Mr le Président

 

28 mars  : l'intersyndicale appelle à la grève   lire :   Appel à la grève du 4 avril et modalités

Depuis maintenant 10 jours la Direction fait des ouvertures très timides et compte sur un essoufflement du mouvement pour en lâcher le moins possible.
Mais elle est inquiète, très inquiète … d’où le déplacement de l’AG prévue le 30 mars.

Nous sommes convaincus de la nécessité d’amplifier la mobilisation car il s’agit bien d’un enjeu considérable : NOS CONDITIONS DE TRAVAIL pour les prochaines années.

C’est la raison pour laquelle, les trois syndicats se sont entendus pour mener cette action commune et l’intersyndicale fonctionne parfaitement et ne lâche rien.

- Pouvons-nous accepter que la débauche à 18h20 (sous conditions) se fasse par des RTT ?

- Pouvons-nous accepter que les pesées 9 des Conseillers Pros, Agris et Patris se fassent par du RCP, de manière non systématique et inéquitable?

- Pouvons-nous accepter un seul niveau en RCP 5 pour les conseillers accueil ?

- Pouvons-nous accepter la non-revalorisation des AA des sites vers la classe des TAU ?

- Pouvons-nous accepter sans broncher les fermetures d’agences et le fonctionnement en alterné de nombreux BR ?

- Pouvons-nous laisser les conditions de travail continuer à se dégrader sans ne rien dire ?

Le 16 mars nous nous étions engagés à revenir vers vous après le 28 mars
Il est temps d’amplifier la mobilisation pour QU’ON VOUS ECOUTE.

                    


RDV le mardi 4 avril à partir de 9h pour montrer à la Direction que les salariés veulent des mesures concrètes et immédiates

29 mars :  Tract détails d'organisation     Appel à la grève du 4 avril, compléments

31 mars :  un tout petit peu de nouveau :

Les salariés du secteur test Challans Pays de Retz vont recevoir un avenant afin de prolonger leur période de test.
Ils vont pouvoir émettre des vœux en même temps que les autres salariés de la Caisse Régionale.
Cependant, l’avis de Comité d’Entreprise ayant été rendu ce 31 mars, plus rien ne s’oppose à ce que la Direction procède à la régularisation promise concernant les sommes dues sur les pesées de postes.

La mobilisation pour le 4 avril est en train de s’amplifier, malgré les tentatives qui se multiplient pour stopper la dynamique (réunions d’échanges par les managers, mails à rallonge de la Direction … et même « attaque » du Président du Conseil d’Administration)

– La prochaine réunion de négociation est prévue à La Roche jeudi 6 avril à 9h30: RSP (on ne sait pas c qu’on va négocier car y’en a pas cette année …), REC (la Direction souhaite adapter le dispositif actuel avec l’arrivée de la BMDP)
Temps de réunion prévu:2h puisque la Direction convoque une seconde réunion à 11h30 pour négocier (en 1h !!) sur les salaires (Niveau d’enveloppe de RCI/RCP, Les montants pour les Promos, les divers compartiments de rému … et la REC !

Comme pour le conflit actuel la Direction garde le cap: elle multiplie les réunions pour donner bonne figure, elle fait des « avancées » qui n’en sont pas, et ensuite elle envoie des mails pour dire que ce sont les syndicats qui ne veulent pas négocier …

 

4 avril :  Journée de grève réunissant 600 salariés, la direction commence (enfin!) à faire des avancées sur les horaires tardifs

Elle abandonne ainsi un soir par semaine et le ramène à 18h35, laissant les 3 autres à 19h05
Beaucoup trop peu pour les salariés grévistes qui ont souhaité que l’intersyndicale poursuive son appel à la grève demain, 5 avril

RDV 9h à Nantes, bâtiment NOSICA pour la poursuite du mouvement

Le chemin va être long car de nombreuses revendications doivent trouver des solutions: les pesées de postes (Pro/Agri/Patri, CCM, Assistants des sièges), le maillage et surtout la question des CONDITIONS DE TRAVAIL !!

voici l' Etat du cahier de revendications au 4 avril

Il nous faut maintenir la pression jusqu’au 12 avril

 

5 avril :  troisième jour de grève, une nouvelle rencontre de la délégation intersyndicale avec la Direction était programmée à 9h00 sur le site de Nantes. Hier l’AG des salarié(e)s ayant majoritairement voté la poursuite du mouvement ce jour.

Plus de 300 salarié(e)s étaient donc réuni(e)s ce matin dans le fastueux vaisseau amiral de la CR, pour accompagner et soutenir nos représentants, et faire voir à la Direction leur détermination intacte

face à son absence de réponse à leurs revendications. Une présence physique et audible, sifflets et casseroles aidant ! 300 sur site, plus les grèvistes non présents, plus les temps partiels… Bref une belle mobilisation.

Pour rappel, hier soir, la Direction avait proposé :

 Le maintien de 3 soirs à 19H05 et 1 soir à 18H35
Rien sur les conditions de travail
Rien sur les effectifs
Rien sur les pesées de poste

Après une heure de négociation ce matin, les propositions sont restées strictement les mêmes (seuls le 18H35 étant revenu à 18H20). Rien sur le reste.

Après échanges entre les délégués et l’assemblée des salarié(e)s, nous avons convenu que les conditions de travail étaient un incontournable de la négo. Elles sont aujourd’huitrès dégradées, avec ou sans BMDP. C’est donc un point qu’il faut mettre PRIORITAIREMENTsur la table des négociations.

Le projet BMDP peut se mettre en place en conservant le 18H20 actuel. Rien ne lie BMDP à des horaires jusqu’à 19H00, Maintien de la demande d’une sortie à 18H20 TOUS les soirs.

 Les effectifs sont une des solutions à l’amélioration des conditions de travail. Il faut des créations de postes immédiates.

A la demande de la délégation intersyndicale, une nouvelle rencontre avec la Direction s’est tenue à 11H30, avec le mandat d’entamer des négociations sur les autres sujets, si sur les horaires il n’y avait pas d’avancées de la Direction.

Là encore, RIEN. NADA. QUE DALLE. La Direction met en préalable à toute négociation sur les conditions de travail, des avancées (ou plutôt recul) sur les horaires. En clair : « signez-nous un blanc seing en acceptant 19H05 3 soirs par semaine… et on accepte de regarder les conditions de travail et les autres points… » INACCEPTABLE.

Sur le passage des AA du siège (RCE4) en TAU (RCE5)… là encore, RIEN. NADA. QUE DALLE. « ça se fera au fur et à mesure des évolutions d’organisation des services… ». INACCEPTABLE.

Rien non plus sur le maillage. Rien sur les autres RCE du projet BMDP.

Une dernière rencontre a eu lieu à 14H30, pour signifier à la Direction que face à l’absence d’avancées concrètes, l’assemblée des salarié(e)s avait décidé la poursuite du mouvement selon plusieurs modalités :

 Symboliquement, que chaque salarié fasse la demande de remboursement de ses parts sociales. Les demandes remboursement seront remises à notre ami président (celui qui nous considère comme de sales gosses gâtés dans son courrier) lors de l’AG de la CR. De plus, les remboursements des PS seront forcément présentées par nos DA aux présidents de caisses locales pour en valider le remboursement.

Nouvel appel à la grève le mercredi 12 avril et journée d’action lors de l’AG de la CR sur le site de la ROCHE à 9H30. Certes c’est pendant les vacances, certes c’est un mercredi, le choix de cette date par la Direction n’est bien sûr pas un hasard, mais cela n’entamera pas notre détermination.

Une délégation de salarié(e)s s’est rendue ensuite devant l’agence du cours des 50 Otages pour une diffusion de tract et sortir le conflit à l’extérieur de l’entreprise. Il faut faire parler de nous dans les médias et informer notre clientèle.

En résumé :

Pour NOS CONDITIONS DE TRAVAIL d’aujourd’hui et de demain, aucune alternative :

TOUS EN GREVE ! TOUS SOLIDAIRES ! Car nous sommes, ou serons, TOUS impactés.

INTERSYNDICALE + MOBILISATION = Une banque multicanale de qualité et au service de ses clients (et non seulement de ses actionnaires)