Négociations Nationales du 25/10/2022 dont annexe1 de la CCN (Salaires)


Publié le 25/10/22

COMMISSION NATIONALE DE NÉGOCIATIONS

Mardi 25 Octobre 2022

CE DIRECT réalisé pendant les négociations est accessible à celles et ceux qui nous en font la demande.
N'oubliez pas d'actualiser votre navigateur pour suivre ce DIRECT ( F5 pour IE & Firefox)

Equipe de négociation SUDCAM  :  Karine, Katty, Rémy, Jean-Yves

A  l'ordre du jour: .

 

Ø Accord sur l'emploi des travailleurs handicapés et la solidarité

Ø Annexe 1 de la CCN ( ça traite des salaires)

Début  10h03           
 

FNCA :  Acceuil de M Treilhou nouveau permanent du SNECA.
Rappel du programme de la journée

FNCA : Accord Handicap :
Il vous a été adressé un projet d'accord en amont.
Nous allons revenir sur la dernière séance puis nous allons faire défiler l'accord.
Nous aurons plusieurs temps d'échange.
Nous avions lors de la dernière séance fait un bilan des accords.
Nous avons fait une commission technique où nous avons échangé sur les pistes de négociation, Nous allons maintenant faire défiler à l'écran le projet d'accord.

FNCA : Dans le préambule, mise à jour des dates, objectifs, résultats...

SUDCAM : Une remarque générale qui est une demande répétée sur le fait d’avoir les documents avant. C’est fait et on vous en remercie. Nous trouvons que le dernier paragraphe concernant la partie handicap amplifiée est bien, mais sur la partie solidarité il faudrait aussi un coup de boost. Le texte est pour nous un petit peu faible encore.

SNECA : Nous voudrions mettre un focus sur l'amplification de la partie handicap, surtout que nous le faisons dans le corps du texte.

CFDT : Nous voudrions changer salarié handicapé par salarié en situation d'handicap.

SUDCAM : OK avec la proposition de CFDT sur le terme de salarié en situation d'handicap.

FNCA : OK pour le terme. Nous nous focalisons plus sur les 6 %...

SNECA : Rappel des 6 % sans qu'un entité soit en dessous de 5 %.

FNCA :
Article 1 : Référence à l'OETH (Obligation d'Emploi des Travailleurs Handicapés).
Nous avons noté que plusieurs OS ont demandé que les entités qui sont en dessous de 5 % soient accompagnées. Il y a eu un travail avec certaines déjà en 2021 et 2022.

Introduction de la phrase :
Dans le prolongement des meilleurs efforts portés par l’ensemble des entreprises de la branche afin d’atteindre l’objectif fixé, des mesures d’accompagnement spécifiques et de suivi seront déployées auprès des entités pouvant rencontrer des difficultés pour développer leur taux d’emploi.

Vous avez demandé à maintenir l'objectif ambitieux de 450 personnes.
Nous l'avons mis également par 1/3 car l'objectif doit être calculé par année.
Mise à jour du "numéro" de l'accord (4eme à la place de 3ème)

SUDCAM : C’est un sujet qui nous tient beaucoup à cœur. On est d’accord sur l’ensemble des propositions. Maintenir l’objectif ambitieux, alors qu’on ne le modifie pas. Il faudra l’expliquer à nos collègues. La répartition est peu importante, on veux arriver à l’objectif, on veut que des efforts soient fait pour les entités qui ne sont pas à 5%. Il serait intéressant d’avoir des réunions de suivi pour ce qui va se faire dans le futur.

SNECA : Sur les ambitions, on partage l'analyse de SUDCAM.
Nous souhaitons avoir accès également au suivi. Certaines entités nous ont dit que ce n'était pas simple. Il faudra les accompagner.

CFDT : Nous rejoignons SUDCAM sur la notion d'objectif "ambitieux". Nous rejoignons ce qui a été dit. Nous voudrions que la partie adaptée soit maintenue et non augmentée car cela ne compte que pour l'amende.

SUDCAM : Nous avons une différence avec la CFDT. On pense qu’il faut augmenter ce travail, et ne pas abandonner ce secteur. On veut aider les entités qui font moins bien, il serait intéressant que celles qui font bien, donnent des idées aux moins bonnes.

FNCA : Le suivi se fait au niveau du CA d'HECA mais on peut le noter dans l'accord.
Sur le fait que l'objectif soit "ambitieux", en fait il l'est donc je propose de le laisser.
C'est important de développer le secteur adapté et partager les bonnes pratiques à ce sujet dans les CR.

Nous avons actualisé les chiffres du marché de l'emploi des travailleurs handicapés.

Ajout de la phrase dans le chapitre 2:

Dans le cadre du présent accord, les entreprises de la branche seront particulièrement mobilisées pour actionner les facteurs-clés de succès identifiés :
Mise en place de partenariats locaux pour agir collectivement et rapidement
Travail conjoint avec les écoles partenaires
La mention d’entreprise « handi-accueillante » sur le site internet

Modification dans le 5.1.3:
5.1.3. Un aménagement de l’organisation ou du temps de travail, après avis du médecin du travail, soit pour raison médicale, soit en fonction des contraintes de déplacement et de transport au regard de la nature du handicap. Les dispositifs de travail à distance (télétravail ou travail déplacé) pourront le cas échéant être mis en œuvre.

Modification dans le 5.2:  Ajout en fin de chapitre

La branche continuera d’assurer un rôle d’animation, de pilotage et de suivi des cellules de coordination handicap mises en place.

Ajout au 5.3.2 :

A ce titre, une attention particulière sera portée à l’anticipation des demandes de renouvellement.

Création de 5.3.5

5.3.5. Poursuivre le déploiement des actions de sensibilisation et de communication auprès de l’ensemble des salariés afin de faciliter l’accueil, l’intégration, l’évolution de carrière et ainsi le maintien dans l’emploi des salariés en situation de handicap

SUDCAM : Sur le 5.3.2 on est ok, l’embauche en alternance aide à avoir un diplôme pour les personnes en situation de handicap. On a pas des taux très éloignés que les salariés sans handicap.
Sur la partie communication plus on promeut mieux c’est. Il faut anticiper et également accompagner car chaque handicap est différent.
5.3.5 il manque une petite chose, on avait précédemment mis la notion d’ajustement des objectifs d’une entité, on souhaitait également le mettre en fonction du handicap de l’individu. Tous les handicaps sont différents. Également sur les lieux multiples, que les mobiliers ou ajustements d’intendance soient sur tous les lieux d’exercice du collègue en situation de handicap. Il faudrait également l’instaurer sur les salles de réunion ou formation.


CFDT :  Nous avons eu des retours au niveau de la CFDT que nous pouvons avoir des difficultés pour avoir des personnes avec les diplômes exigés.
Nous aimerions pouvoir "mettre à niveau" des personnes qui ont le niveau mais pas encore le diplôme (3.2).
L'article 5.1.3 il y a des difficultés pour pouvoir adapter les postes de travail à domicile. Les chartes ou accord sur le télétravail doivent s'appliquer pour les salariés en situation d'handicap. Ils peuvent en être exclus sous prétexte de matériel non adapté.
Sur le 5.2 nous vous remercions. Il faut insister sur les entités qui n'atteignent pas les 5 %.

SNECA : 2 remarques : si on n'intervient pas c'est que nous sommes d'accord.
Sur le 5.1.3 nous avons du mal avec "pourrons le cas échéant" nous pensons que "pourrons" suffit.
Nous sommes d'accord pour avoir une réflexion sur l'adaptation des postes à domicile (ex : fauteuil).
5.3.5 : Nous proposons "Renforcer" au lieu de "Poursuivre" en début de paragraphe.

FNCA : Sur la notion d'accompagnement dans 5.3.2 y est déjà.
Sur l'adaptation des objectifs au niveau des salariés le correspond handicap discute avec les salariés : Nous partageons l'idée de voir l'adaptation du contexte de travail.
Concernant les embauches, pour les candidats qui ne sont pas du tout diplômés, il y a une limite car nos métiers sont de plus en plus complexes.
"Le cas échéant" implique le fait qu'il y ait un accord de télétravail.

SUDCAM : Sur le suivi et l’adaptation des postes c’est bien le travail du correspondant handicap. Sur les objectifs on est bien d’accord que ce n’est pas au correspondant de le faire. On ne peut pas nous répondre que c’est lui qui va le faire, c’est du commercial. Chaque handicap est différent, c’est une prise en compte en amont qui doit se faire. On ne souhaite pas que cela soit fait pour tout le monde, mais il faut réfléchir en fonction des individus, sans leur rajouter un nouvel handicap sur des objectifs non réalisables, mais plutôt adaptés. Le signal doit s’impulser au niveau de la branche.

FNCA : L'idée est que le correspond handicap s'assure que les objectifs soient adaptés.
Nous proposons une réunion tripartite manager, correspondant handicap et salarié pour pouvoir adapter le cas échéant les objectifs.

SNECA : Un certain nombre de personne ne se déclarent pas en tant que travailleur handicapé. Nous proposons un focus sur les manager car bien souvent le manager n'est pas informé.

FNCA : Cela entrera dans l'échange tripartite

FNCA :    Solidarité :

Modification de l'article 2.5.3
Les entreprises de la branche assureront une diffusion générale et régulière auprès de l’ensemble des salariés des deux guides suivants :
 Le guide des salariés aidants, élaboré par l'AGIRC/ARCO en 2020, proposant un état des lieux des aides , dispositifs et recours possibles , y compris au sein de l'entreprise.
 Le guide "Besoin de répit", composé de 17 fichesrepère publié par les pouvoirs publics en décembre 2021

Création d'un article 5

ARTICLE 5 : PLAN DE SENSIBILISATION ET DE COMMUNICATION
Des actions de sensibilisation et de communication, auprès de l’ensemble des entreprises de la branche, seront engagées afin de promouvoir et valoriser les actions mises en œuvre dans le cadre du présent chapitre consacré à la Solidarité.
Les enseignements tirés des expérimentations menées dans le cadre du projet « Cancer et Emploi » avec le Nouvel Institut en 2021-2022, seront partagés à Page 22/24 l’ensemble des entreprises de la branche et serviront de base au déploiement d’une dynamique plus globale sur le futur accord.

SUDCAM : Nous sommes d’accord pour intégrer les ajouts proposés.
Est-ce qu’un suivi a été fait concernant les aidants ? Combien de personnes y ont eu recours ? Idem sur les jours de congés et quelle communication est faite autour de ces accords ? Il faut le promouvoir.
Pareil sur l’arrondi de salaire, on aimerait un suivi et à nouveau une communication. Nous avons de bons accords, autant communiquer dessus. Sur la charte Cancer et Emploi, nous aimerions que sur la durée de l’accord, 50% des entités la mettent en place, en tant qu’objectif par exemple. On pourrait également se rapprocher d’associations dans ce domaine. En cours de réflexion, il peut arriver que des personnes qui ait été atteintes de cancer, qui souhaitent reprendre alors qu’elles ne le pourraient pas, que l’on réfléchisse à les y aider, même si ce n’est qu’une journée, pour leur faire un retour progressif. Il faudrait y réfléchir.

CFDT : Y a t il une date de validité dans la Charte ? La Charte étant déjà signée.
Concernant l'article 4.1, y est il possible de mettre un lien sur le fait qu'il peut y avoir des handicaps temporaires en retour de longue maladie.
Nous voudrions vous faire part d'un retour sur un séminaire "travail et cancer du sein" avec Agrica, le CA, la MSA. C'est une satisfaction sociale et humaniste. Nous souhaitons vous remercier pour cette excellente initiative.
Nous devons aller plus loin dans la démarche. Il faut une entreprise conquérante mais aussi protectrice.

SNECA : Sur l'article 5, on nous a présenté en technique une expérimentation en Normandie Seine sur le fait de travailler quand on est en arrêt.
En fait ce qui a été proposé est de revenir progressivement dans l'entreprise.
Nous aimerions se fixer un objectif sur la charte cancer comme l'a proposé SUDCAM.
2.5.2 : Il faut réécrire la phrase et ainsi retourner sur les missions du correspondant HECA (4.1.2).

FNCA : Nous sommes en période d'expérimentation. Nous allons essayer de renforcer le texte.
Vous avez proposé un suivi : on vous propose en CPNEFP.
En ce qui concerne la Charte Cancer et Emploi, nous partageons vos remarques, nous ne voulons pas mettre de chiffre mais nous souhaitons que toutes les entités le signent.
Sur le travail avec les associations locales, c'est du local.
Il n'y a pas d'handicap provisoire, c'est souvent dans le cadre de reprise.
Merci pour vos propos sur le séminaire santé au travail.
Nous sommes en ligne avec le retour progressif comme c'est le cas en Normandie Seine.

SUDCAM : Si on se met que des objectifs à 50% c’est facile, mais on pense que les entités savent faire des choses lorsque l’on a des objectifs, on devrait s’en donner même sur la partie « sociale ». Quitte à jalonner ces objectifs, plutôt que de rien mettre, cela ne va pas donner l’envie aux entités de faire les choses. Nous souhaitons que l’on évoque dans l’accord qu’en plus du travail fait, il est possible (piste de réflexion) qu’un partenariat se fasse avec les associations locales. Certains le font et nous trouvons que c’est bien d’attirer l’attention en le mettant dans l’accord.

FNCA : Afin de respecter les conditions de formes nous avons écrit les choses suivantes

DISPOSITIONS FINALES

Entrée en vigueur et durée
Les accords conclus dans les entités de la branche Crédit Agricole sur les thèmes du présent accord ne pourront déroger aux dispositions du présent accord, sauf dans un sens favorable.
Le présent accord est applicable, pour une durée de 3 années à compter du 1er janvier 2020 2023 couvrant ainsi les années 2020 à 2022 2023 à 2025, sous réserve de son agrément par le Ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion. La validité du présent accord est toutefois subordonnée à son agrément par le Ministre chargé de l’emploi.
Au terme de ces 3 années, soit au 31 décembre 2022 2025, le présent accord cesse de plein droit de produire tous effets.
Les entreprises de la branche déclareront tous les mois les informations relatives aux bénéficiaires de l’obligation d’emploi dans leur DSN, en application des articles L.5212-1 et D. 5212-4 du Code du travail. Pendant la durée de l’accord, les entités continueront à établir leur déclaration annuelle obligatoire d’emploi des travailleurs handicapés, qu’elles transmettront à l’Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées (AGEFIPH), via la DSN, conformément au Code du travail.
En application de l’article 67 de la loi n°2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, tel qu’il a été modifié par l’article 7 de l’ordonnance du 21 août 2019 ainsi que de l’article L. 5212-8 du code du travail, cet accord sera le dernier accord agréé.
Compte tenu de la fin des accords agréés, les parties conviennent de se rencontrer au minimum trois mois avant l’échéance du présent accord afin d’examiner les conditions de la renégociation du futur accord.
Toutefois, les parties contractantes pourront convenir de la reconduction expresse de l’accord en vue de son agrément, et ce une seule fois pour une nouvelle durée de trois ans maximum. Cette reconduction expresse fera l’objet d’un agrément du Ministre chargé de l’emploi.
A cet effet, trois mois avant son expiration, les parties signataires conviennent de se réunir pour décider de cette éventuelle reconduction et de ses modalités.
A cetteoccasion :
 un bilan exhaustif des actions mises en œuvre et des résultats en matière d’emploi des travailleurs handicapés conformément au chapitre 1 du présent accord sera établi avec précision et comparé aux engagements prévus dans le présent accord, puis sera communiqué au Ministre chargé de l’emploi ;
Page 23/24
 un bilan des initiatives locales mises en œuvre dans le cadre du chapitre 2 du présent accord sera également partagé avec les organisations syndicales représentatives de la branche, au terme d’une première expérimentation de plus de deux ans de ces nouvelles dispositions conventionnelles.
 Clause résolutoire
La validité du présent accord est toutefois subordonnée à son agrément par le Ministre chargé de l’emploi. du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion.
En cas de refus de sa part d’agréer le présent accord, le présent accord sera résolu de plein droit.

Des négociations seront ouvertes dans un délai de deux mois maximum à compter de la notification de la décision par l’administration, afin d’examiner les suites à donner à ce refus d’agrément.

 Révision
Pendant sa durée d’application, la révision des dispositions de cet accord,
notamment du chapitre 2, pourra être demandée par un écrit précisant les points sur lesquels porte cette demande. Pour prendre effet, l’avenant de révision éventuellement signé devra être préalablement agréé par le Ministre chargé de l’emploi du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion.
Fait à Paris, le ..................,

CFDT : Nous aimerions que l'accord courre au moins pendant 6 mois pour finir ce qui est en cours.

SUDCAM : On se couvre au cas où il n’y aurait pas d’accord, mais si j’ai bien compris sur le fond l’agrément n’était pas compliqué contrairement à la partie financière. Ca parait compliqué de faire autre chose.
On ne peut pas de fait le prolonger nous-même. La proposition va dans le bon sens pour nous. On pourrait être réactif pour une éventuelle signature, sous réserve de la relecture si votre projet d’accord arrive rapidement. Il faut anticiper au maximum quoi qu’il en soit et en discuter en avance.

SNECA : Nous sommes favorables à la signature après relecture.
En ce qui concerne la Charte Cancer, vu qu'on a signé un accord de branche, est il nécessaire de signer localement.

FNCA : Effectivement il n'est pas nécessaire de le signer localement. Ce que disait SUDCAM est le fait rendre publique la signature dans les entités.

CFDT : Merci pour vos expressions. Nous allons vous envoyer une version modifiée. Il y a une réunion avec le ministère avant le 22/11.

FNCA : Nous sommes très impliqués sur ces sujets.
Le fait d'avoir un engagement de votre part nous aidera pour échanger avec le ministère.

Suspension à 11h50 Reprise à 13h16                            ANNEXE 1

FNCA : Rappel de ce qui a été évoqué à la dernière CPPNI.
Le but est de simplifier et modernisé l'annexe 1 sans modifier la structure.
Nous avons écouté vos propositions.
3 axes de travail : classification (Chapitre 1 et 2), rémunération (chapitre 3) et communication et pédagogie.
Il y a eu une réunion technique sur ces 3 axes de travail.
Nous allons parler tout d'abord du 1er axe (classification).
Ensuite nous aborderons le 2ème axe de travail (chapitre 3 : rémunération et en particulier garanties conventionnelles)
Il y aura une technique le 22/11.
Enfin il y aura l'exposition de la partie 3.

FNCA : Chapitre 1 Classifications

Modification des intitulés.

CFDT : Effectivement quand vous parliez de simplification, nous le trouvons ici.
Pour nous la dénomination nous va à part celle de "relais commercial". Nous aimerions intégrer les middle office. Peut être parler de support ou d'appui.
Pouvez vous nous rappeler la notion de raison d'être même si vous l'envoyer.

SNECA : La notion de "conseil" n'est pas toujours au bon endroit. Sinon d'accord avec les remarques de la CFDT.

SUDCAM : On comprend que c’est compliqué ,  nous avons des entités et non que des CR. On ne peut pas mettre « appui réseau ». Idem pour le « conseil ». C’est pas évident de requalifier les classes. Mais juste « support », cela peut convenir à tout le monde par exemple. Il faut que tout le monde s’y retrouve. Il faudrait des termes plus généraux. On aura du mal à trouver quelque chose qui engage tout le monde.

SNECA : Sur la PCE 5 nous ne comprenons pas pourquoi le mot "commerciaux" est enlevé.

FNCA : Nous allons revenir tout à l'heure sur la raison d'être. Il est vrai que les mots ont un sens. Il y a des définitions derrière. Sur la notion de relation client et conseil. Nous pouvons avoir une notion générale.
Dans les fonctions supports il y a de nombreuses familles : RH, compta....

FNCA : Matrice d'identification des fonctions repères.
Il y a 2 enjeux qui ont fait consensus : celui d'un véritable parcours de carrière pour les Classes 3.
Il peut y avoir des progressions horizontales et transversales.
Nous ajoutons la notion de "projet" qui peut être en classe 2 ou en classe 3.
La notion de "commercial" est enlevée pour la 1ère famille.

SUDCAM :Globalement on part de quelque chose de compliqué vers quelque chose de pas plus simple.
Si on résume sur les J I H G et F on a la même chose peu importe la famille. Tous les intitulés sont pareils, on a plus de notion commerciale. Ca sert à rien de faire 3 familles si c’est pour indiquer la même chose. Donc pas plus simple, pas plus clair. Dans les G et F on a pas gestion d’équipe ou de projet partout. C’est la seule différence.

CFDT : Nous nous attendions à une simplification pour les fonctions D. Nous pensons qu'il faut parler d'accompagnement.

SNECA : Le point positif est la notion d'expert. Ce sont les familles qui vont tirer les différences.
Nous ne comprenons pas comment on peut conserver des PCE 2 3 4 car tout le monde dans le réseau doit être dans le conseil. En résumé nous proposons de supprimer ces classes. On demande beaucoup plus à nos collègues. Il y a de moins en moins d'assistance.

FNCA : La notion de "commercial" devrait probablement si on le laissait se mettre dans la famille 2.
Ceci dit il s'agit d'un cadre général.
Pourquoi pas parler d'accompagnement comme évoqué.
Pour le moment nous ne parlerons pas de la classe 1.

FNCA :                     Fonctions repères
L'idée est d'éclairer et de simplifier.
Il y a des choses redondantes. Nous proposons de supprimer celles-ci.
La fonction repère sera définie par un rôle et une liste d'activités significatives.

Création de Responsable de Secteur d'expertise , de Domaine d'Expertise, de Pôle d'expertise.

Le chapitre 2 n'a pas vocation à être changé mais il y a quelques adaptations de cohérence à mettre.
On peut être dans la classe 3 soit en hiérarchique soit en expertise.
Nous proposons que les chapitres 1 et 2 deviennent des parties d'un même chapitre.
Les autres chapitres trouvant de nouvelles numérotations.

SNECA : Nous touchons les limites de l'annexe 1 car elle est très complexe.
Cela permet à certaines entités de peser les mêmes métiers avec des PCE différentes. Nous aimerions qu'il y ait de la cohérence. Pour le moment il y a de tout.
Il nous semble qu'un directeur d'agence où qu'il soit en France a une même majorité de missions.
Nous aimerions avoir un peu de cohérence dans les métiers où qu'il soit en France.

SUDCAM : Pas mieux que SNECA CGC, on est d’accord avec ça. Ce qui nous gêne ce sont les écarts très importants entre les mêmes métiers selon les CR.
La modification de sémantique risque ne de pas être suffisante pour y pallier. Après on devait pouvoir intégrer dans l’annexe 1 les nouveaux métiers plus facilement, par exemple on ne sait pas où mettre les middles, car certains commencent à 4, d’autres à 7, on ne sait pas où positionner certains métiers.
On voit l’effort mais on n’arrive pas à mettre tous nos petits au bon endroit pour autant.

CFDT : Nous sommes satisfaits car cela sera plus simple pour tout le monde. On reconnait la place de l'expertise. On reconnait la notion de projet. On a un accord qui cadre et nous trouvons bien qu'il y ait de l'hétérogénéité en fonction du contexte local.

FNCA : Ce dispositif est un dispositif conventionnel de branche. Il laisse à chaque CR la possibilité de marquer ses différences. Vous parliez de nos concurrents et la convention AFB est encore plus floue. Il peut y avoir des différences importantes entre un DA d'une agence de 2 personnes et 1 autre d'une grande agence.

FNCA : Classe 1

A ce stade il n'y a pas de modification sur le devenir de la classe 1.
1 OS a dit qu'elle voulait la supprimer. 1 autre OS a dit qu'elle voulait la conserver. La DFN a dit son attachement à cette classe.
Il ne nous semble pas que les positions se sont rapprochées. Le point de désaccord est celui de son utilité. Nous souhaitons discuter de son utilité.

Nous sommes une banque universelle de proximité. Cette relation qui nous est propre implique des activités d'accueil et de gestion de valeur. Il y a des choix d'organisation. Nos choix peuvent justifier l'existence de la classe 1. Les réseaux AFB qui ont supprimé la Classe 1 n'ont pas le même modèle relationnel. Il est à noter que les autres mutualistes ont une classe 1.

Les emplois de la branche AFB voient leurs 2 premiers niveaux en dessous du SMIC. Dans notre branche toutes les positions y compris la PCE 1 ont des rémunérations inférieures au SMIC. Nous sommes très attachés à cette classe 1.

L'existence de la classe 1 n'empêche pas l'évolution dans plusieurs CR où il y a évolution de celle ci. Nous proposons un suivi spécial sur les classes 1 dans les CR.

Nous proposons que les PCE 1 et 2 soient supprimées et donc ces personnes seraient automatiquement en PCE 3, Il faudrait à ce moment là avoir un accord de translation sur le fait que les PCE 1 et 2 rejoignent la PCE 3.
Le suivi pourrait être en même temps que le suivi de l'annexe 1 en juin.

 

SNECA : Nous pensons que la classe "ouvrier" doit être  supprimée. Nous n'avons pas parlé de rémunération. La proposition que vous faites est intéressante. Il y a 1 CDI qui est concerné. On a très peu de personnes qui sont concernées par uniquement accueil ou gestion de valeur. Il y a de plus en plus de technicité. Il existe encore de gros écart entre les CR. Nous proposons de promouvoir les 4 à 5000 collègues de la classe 1 à la classe 2. Cela serait aussi bien pour les personnes en alternance.                                                                                                                           

SUDCAM : Supprimer les PCE 1 et 2 c’est plutôt positif. On embauchera pas à moins. Sur l’utilité on est embêté car on pense qu’il peut y en avoir. On est entre les deux, entre supprimer et conserver cette classe 1. On peut maintenir cette classe, avec le bémol, les salariés bien souvent qui sont en classe 1 font un travail de classe 2. Ils ne sont pas cantonnés à l’accueil par exemple, mais on lui demande de la production commerciale et on lui reproche de ne pas le faire suffisamment par exemple. On veut que les gens fassent réellement un métier pour lequel ils sont payés.

CFDT : Nous sommes attachés à la Classe 1. Cela permet la visibilité de la progression des personnes. Cela permet de voir mais il ne faut pas que ça reste longtemps.       

Nous sommes pour la suppression de la PCE 1 et 2. Nous proposons de supprimer la PCE 3. Il y aurait ainsi tout le monde en PCE 4.

SNECA : Si on retient les mots de simplification et de modernisation. Nous sommes dans une problématique de recrutement. La suppression de la classe 1

FNCA : Ce n'est absolument pas possible de vendre de l'assurance sans carte assurance, c'est contraire à la réglementation. Nous ne pouvons pas croire que cette pratique puisse être généralisée dans une CR.
Les alternants ne sont pas mis automatiquement en Classe 1.
Nous allons demander une interruption de séance et revenir vers vous sur la proposition de la CFDT sur la PCE 3.

SNECA : Nous n'avons pas dit que les apprentis étaient en Classe 1 mais qu'ils ne touchaient pas le salaire correspondant.

FNCA : Nous ne partageons pas votre remarque.

Interruption de 20 min,  Reprise  à 15h05

FNCA : En terme d'attractivité le CA devient la 2ème entreprise préférée des étudiants (référence à 60 secondes du 25 octobre 2022).
Nous vous avons bien entendu concernant la PCE 3.
Je souhaiter matérialiser certaines propositions. En ce qui concerne le chapitre 3 (futur chapitre 2). Nous avons travaillé sur les garanties conventionnelles.
Dans l'optique de nos travaux, nous n'entendons pas bouleverser le système. Nous ne bouleverserons pas le ratio RCI/RCE RCP ni ne supprimerons l'absorption de RCI.
Le critère de ratio est différent entre les Classes 1 et 2 (25 %) et celui des Classes 3 (30%). Nous proposons d'aligner tous sur 30 %.
Sans imposer une contrainte aux entreprises locales nous serions disposés à discuter d'un calendrier local qui permettrait d'organiser entre le local et le national.
D'accord pour la suppression de la PCE 3.
La garantie de la promotion de la Classe 1 passerait de 50 à 75 € car plus de promotion dans la classe 1.

CFDT : D'accord avec toutes les propositions. Nous aimerions que les garanties des 2 autres soient aussi revues.
Nous pensons que ces mesures vont donner plus d'attractivité. Nous sommes très satisfaits.

SUDCAM : La proposition d’augmenter le ratio à 30% des classes 1 et 2 nous en sommes satisfaits, c’était une de nos demandes. Idem sur la suppression de la PCE 3 nous sommes satisfaits. Le passage de la garantie de 50 à 75 euros c’est positif. Dans les expertises et promotions il faudrait que cela soient les mêmes lignes et qu’elles soient boostées de la même manière. L’attractivité d’un métier au-delà de la promotion est à travailler.
 

SNECA : Nous sommes presque "Fanny" car pas de suppression de la Classe 1, pas de suppression du taux de décollement. Nous sommes satisfaits sur le calendrier. Nous espérons que nous aurons des réponses positives à certaines de nos demandes.

FNCA : Nous avons encore une séance de négociation. Nous n'irons pas sur la proposition du SNECA de réexamen au bout de 2 ans des métiers.
Nous allons parler de la pédagogie de la communication de l'annexe 1. Il faut faire preuve de pédagogie.
Il y aura 2 axes de communication après signature de l'annexe 1. Il y aura des ateliers dédiés, vidéos, livrets d'accueil. Nous vous proposons plusieurs séances de travail. Par exemple travailler sur un entretien, sur la possibilité de 3 niveaux d'expertise.

CFDT : Nous sommes d'accord avec toutes les propositions. Nous sommes favorables à une communication rapide pour pouvoir dire que nous avons réussi à simplifier et rendre plus visible l'annexe 1.

SUDCAM :Globalement la non absorption va peser dans notre décision. Va-t-on en discuter ? Et quand ? Pour la communication sur l’annexe 1 on a du mal à s’exprimer sur le sujet car nous n'avons aucun document s’y afférant.

SNECA : Nous ne sommes pas sûr d'apposer notre signature, donc il faudra de la communication. Est ce que si nous ne sommes pas signataire nous ne serons pas en suivi mais serons nous présents pour les travaux préparatoires.

FNCA : Nous envisageons de vous envoyer un projet d'accord avant la CPPNI de novembre. Nous avons une technique et le projet d'accord sera envoyé avant.

Fin de la séance à 15h36

 

Ce Direct a été rendu  public SANS CORRECTION
dès la fin de la séance .

 

C'est cela la TRANSPARENCE SUDCAM
Pour toute info sur ce Direct
n'hésitez pas à nous contacter