Négociations Salariales 2021 en direct (et en visio...)


Publié le 26/01/21
Dernière mise à jour le 26/01/21

 

COMMISSION NATIONALE DE NÉGOCIATIONS

Mardi 26 janvier 2021

CE DIRECT réalisé pendant les négociations est accessible à celles et ceux qui nous en font la demande.
N'oubliez pas d'actualiser votre navigateur pour suivre ce DIRECT ( F5 pour IE & Firefox)

Equipe de négociation SUDCAM  : Karine Saussereau, Denis marion, Geoffrey Vizot, Jean-Yves Salvat. 

A  l'ordre du jour sujet unique :
  • LES SALAIRES 2021

note du Webmaster : Le syndicat CGT qui n'est plus représentatif au CréditAgricole et, de ce fait plus invité ( dommage car on partageait de nombreux points de vue avec eux ) a adressé une lettre à la délégation fédérale. La voici : ci dessous

                                                                                                                                 Le 25 janvier 2021
                                                                                                                           Délégation Fédérale de Négociation
                                                                                                                           Fédération Nationale du Crédit Agricole
                                                                                                                           Monsieur Jean Hugues Lombry,
                                                                                                                           Directeur des Affaires Sociales
                                                                                                                           48 rue de la Boëtie
                                                                                                                           75 008 PARIS
Objet : NAO 2020/2021
Copie : Madame France Villette, Directrice Générale Adjointe chargée des Ressources Humaines
Les organisations syndicales représentatives  SNECA-CFE-CGC, SUDCAM, CFDT, FO
 
                              Mesdames, Messieurs,

Il y a un an, nous venions vers vous, vous présenter nos revendications salariales et nous ne savions rien encore de la crise sanitaire qui allait frapper notre société. Pourtant nous insistions déjà sur l’impérieuse nécessité de contribuer à hauteur des moyens de chacun au financement de la Sécurité Sociale et notre première revendication était le renoncement des caisses régionales à tout ou partie des
exonérations de cotisations dont elles disposent afin de redonner du souffle aux hôpitaux notamment.

Depuis, nous avons tous été secoués par cette année 2020, difficile et inquiétante à plus d’un titre. Et malgré les risques infectieux, dans un contexte de confinement et de mesures sanitaires contraignantes, face aux difficultés économiques de nombre de nos usagers, les salariés du Crédit Agricole ont fait face. Ils ont maintenu les services nécessaires et ont développé une activité utile dans ce contexte particulier. Ainsi, le PNB d’activité a globalement progressé, les salariés ont, par leur travail, produit toujours
plus de richesse.

Voilà des années que le Crédit Agricole utilise les richesses produites pour renforcer ses fonds propres et pour miser sur des investissements pas toujours heureux, détournant le regard des besoins essentiels de la société et de ses salariés. Le contexte sanitaire vient rappeler toute l’importance, pas seulement à titre individuel mais à titre collectif et aussi pour les entreprises, de pouvoir maintenir une population - des salariés - en bonne santé. Nous devons tous y contribuer à hauteur de nos moyens et cela passe par les cotisations sociales qui, cette année particulièrement, en indemnisant notamment la protection des salariés les plus fragiles ont permis aux entreprises de préserver des compétences indispensables à leur activité.

Ainsi, dans le cadre des négociations annuelles obligatoires, nous vous présentons cette année les revendications suivantes :
  - Renoncez à tout ou partie des exonérations de cotisations sociales auxquelles vous pouvez prétendre et faites-le savoir afin d’initier un mouvement patronal exemplaire de restitution des moyens indispensables au maintien de l’Hôpital public et au financement solidaire des retraites : chacun doit « cotiser selon ses moyens et recevoir selon ses besoins » !
 - Réduisez le temps de travail de 35 à 32 h/semaine pour améliorer la qualité de travail et de vie des salariés :
vous récolterez en échange le gain de productivité que vous mesurez auprès des temps partiels.
 - Embauchez en CDI pour compenser l’abaissement du temps de travail et pour participer à réduire le chômage sur les territoires.
- Renoncez à la politique de suppression des sites engagée depuis plusieurs années,
pour les maintenir et ainsi préserver les bassins d'emplois, dans une période où le rôle économique et social du Crédit Agricole sur les territoires est plus que jamais nécessaire.
- Augmentez la grille des salaires de manière significative :
   o les PCE de Niveau A à F : 450 € brut mensuel
   o les PCE de Niveau G : 350 € brut mensuel
   o les PCE de Niveau H : 200 € brut mensuel
   o les PCE de Niveau I : 150 € brut mensuel
   o les PCE de Niveau J : 50 € brut mensuel


Au-delà d’éventuellement devenir l’employeur préféré, le Crédit Agricole se doit de répondre aux besoins d’une société en état d’urgence environnementale. Financer de nouvelles formes de production est indispensable mais ne sera pas suffisant dans une société secouée par les peurs, les fractures sociales et les inégalités grandissantes qui ne manqueront pas de provoquer des réactions violentes.
« Emplois » et « Salaires » sont des leviers d’apaisement et de relance de l’activité en permettant
l’accès de chacun à de nouveaux biens et services, durables et respectueux de notre environnement.

Les enjeux sociétaux de santé publique, de productions écologiques et d’accès de chacun à ces soins et à ces produits sont  fondamentaux. Vous ne pouvez « agir chaque jour dans l’intérêt de nos clients et de la société » sans agir plus fortement en faveur de l’emploi et du salaire cotisé.

Certains que nous partageons des aspirations communes en faveur d’une société plus apaisée, plus solidaire, nous vous présentons nos sincères salutations.

Stéphane LAMY
Pour l’UNECCA CGT

et aussi ici en format pdf avec leur adresse et logos : Revendications CGT sur NAO 2020-2021

 

Début :  9h57 

FNCA : Nous nous retrouvons une nouvelle fois à distance malheureusement...Espérons que nous puissions reprendre rapidement nos réunions en présentiel au plus tôt.
Vœux du rapporteur aussi bien personnels que professionnels. Sortir au plus tôt de cette crise sanitaire. Nous allons encore devoir composer pendant plusieurs mois. L'année 2021 ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices.
Contexte sanitaire : dialogue constant entre les équipes fédérales et les OS. Rappel des confinements, couvre-feux...
Les conséquences sont pour le moment minimes. Nous restons à l'écoute de nos clients. Travail sur les activités "télétravaillables".
Nous restons à l'écoute des évolutions sanitaires et des mesures prises. 

FNCA : L'année 2020 a montré notre force d'adaptation. Tant au niveau des entités qu'à celui du dialogue social.
Accord salarial historique car unanime. Nous avons su partager et cerner les points de vue de chacun.
Outil de gestion de la crise sanitaire : respect des clients, des salariés et des entreprises. Nous sommes très attachés à ce triptyque.
5 autres accords de branches ont été signés.
Nous sommes fiers du travail accompli ensemble. Nous sommes désireux de poursuivre dans cette voie avec l'espoir de se retrouver physiquement le plus tôt possible.
En 2021 nouvelle mesure de représentativité tant au niveau syndical que patronal. Nous allons réaffirmer la place de notre branche.
Nous aurons des sujets riches et nombreux. En février nous fixerons notre agenda social.
Informations sur les CPPNI à venir.:

-        Mardi 26 janvier / Commission Technique : jeudi 14 janvier (matin)
-        Mardi 23 février
-        Mardi 23 mars
-        Mardi 23 avril
-        Mardi 23 mai
-        Mardi 29 juin
-        Mardi 28 septembre
-        Mardi 26 octobre
-        Mardi 30 novembre

Commission Plénière de Concertation
-        Mardi 8 septembre (9h30 – 13h00)
-        Mardi 12 octobre (9h30 – 13h00)

CPNEFP
-        Vendredi 16 juillet de 9h30 à 16h30
-        Mardi 23 novembre de 9h30 à 16h30

                       Accord des OS sur les dates.

SUDCAM: Concernant le calendrier, c’est toujours délicat pour notre organisation syndicale de s’organiser en interne tout en combinant les impératifs du calendrier imposés par la FNCA.  La période des vacances scolaires se cale notamment sur le calendrier parisien. On vous rassure toutefois, nous veillerons toujours à trouver 4 personnes pour représenter SUDCAM.  
On note une évolution positive par ailleurs : il n’y a plus de réunion le Vendredi, ce qui va dans le sens de nos demand
es.

 

FNCA : Nous avons un sujet unique : les salaires.
Y a t il des expressions ?

FO : Déclaration

Déclaration Force Ouvrière  Négociations salariales 2021

2020 a été une année particulière, marquée par la crise COVID 19 et toutes ses conséquences que nous continuons à vivre.

La vie de tout le monde a été impactée d’une manière que personne ne pouvait imaginer quelques jours ou quelques semaines avant.

Malgré cela nos collègues ont assuré la continuité du service client par un engagement de tous les instants et de tous les niveaux.

Cet engagement, salué par tous, a permis de garantir la continuité du service minimal attendu des banques et des établissements financiers, permettant ainsi la continuité de l’activité économique.
Mais il ne s’est pas borné au service « minimum » et les résultats commerciaux sont là pour en témoigner.

En effet, malgré deux confinements et une année particulièrement anxiogène et déstabilisante les résultats commerciaux des caisses régionales n’ont pas à rougir des années passées.

Les salariés des caisses régionales sont en attente de mesures salariales pérennes et significatives, ainsi que d’une reconnaissance de leur engagement sur l’année 2020.

Ils ne comprendraient pas, compte-tenu des résultats, qu’aucune solution ne puisse être trouvée.

FNCA : Il y a une pleine et entière reconnaissance des salariés de la branche. Nous nous rejoignons sur le sujet. Nous avons entendu vos attentes. Nous allons parler de 2021. 
Nous avons décidé en commun de faire les négociations en 2 temps. 1 au mois de novembre pour poser le cadre et aujourd'hui pour finaliser. Cela permet de se concentrer au cœur du sujet.
Nous allons reprendre les différents éléments de 2020, le contexte et nous allons parler du thème de cette année.
En 2020 nous sommes parvenus à la signature d'un accord unanime. Nous avons eu des échanges préalables. Il y a un certain nombre de points qui ont été partagés le 12 janvier lors d'une réunion technique. Données de contexte, de structure, femme/homme...

FNCA : Présentation de contexte au plan économique, puis au plan social, puis l'aspect inflation.
Nous vous avons transmis le support le 15 janvier. Ces comparaisons sur les données de marchés ne vous ont pas été remises. Nous allons vous expliquer pourquoi.
Sur la partie situation économique : exercice de projection difficile. Il faut les prendre avec prudence. Éléments favorables et défavorables vous ont été présenté lors de la technique. La BDF s'attend à une baisse de la consommation due à la pandémie. On attend beaucoup du déploiement des vaccins même s'il semble en manquer. Certains évoquent un retour des niveaux de 2019 sur 2022 plutôt mi 2022. Il y a des mesures de soutien à l'économie. On s'interroge sur les taux bas de suppressions d'entreprises, et ses corollaires que sont le chômage. Nous avons aussi des espoirs dans les vaccins et la reprise de l'économie... La persistance de taux bas impacte les PNB des banques même si les ventes de services compensent partiellement.

FNCA : En ce qui concerne l'enquête du cabinet d'Altedia. 
Il faut retoucher un mot sur rétribution globale.
Le poids de l'intéressement a proportionnellement baissé suite à rétribution globale.
La structure de nos salaires s'est rapprochée de celle du marché. Cela a eu pour conséquence l'augmentation proportionnelle des salaires de bases, cet élément dont nous allons parler aujourd'hui.
Il y avait une demande de communication des données d'Altedia par le SNECA soutenu par SUDCAM.
Nous avions pris l'engagement de vous donner ces données. Nous ne sommes pas à l'aise car nous ne sommes pas capables de comprendre ces évolutions, nous nous sommes rapprochés d'Altedia. Nous voulons approfondir avant de vous les livrer.
Nous suivons les chiffres de turn-over. Les chiffres sont plus faibles au CA qu'ailleurs en 2019.
Nous avons également un "contrat social" qui peut expliquer cette fidélisation de nos salariés.
Maintien du maillage de nos agences. Effectifs maintenus.

 SUDCAM: Si je comprends bien ce que vous dites, vous allez nous donner ce que vous ne nous avez pas présenté en réunion technique ( les collègues du SNECA avaient fait cette demande) ?

SNECA : Nous vous remercions sur votre franchise. Nous espérons que ce n'est pas parce que les chiffres étaient en la défaveur du CA. Nous espérons que vous ne changez pas de cabinet car les données ne vous conviennent pas. Nous comptons sur vous pour avoir une certaine continuité.
Cela ne nous empêchera pas de négocier aujourd'hui.

CFDT : Faute avouée à moitié pardonnée. Donc on vous pardonne 1/4 et on espère à la fin de la journée vous pardonner entièrement.

SUDCAM : On est ennuyés par cette annonce. Il faut bien être conscient que cela peut toujours créer des doutes.  D’autant que visiblement le Cabinet a pu effectuer  ce travail mais vous estimez leurs données comme non fiables.
 
Notre position sur le sujet reste inchangée. Cela fait des années que SUDCAM répète que le pourcentage seul ne signifie rien ! Si on a pas la base en Euros, la comparaison est difficile voire impossible.
 
Soit, il y a un effet rétribution globale, mais cet accord agit seulement sur la répartition pas sur la structure. En résumé pour nous, c’est une déception : « Ce n’est pas parce que vous changerez de thermomètre que vous constaterez que le patient n’est plus malade »
Concernant le turn over, il serait également judicieux de réaliser des points spécifiques avec des Caisses qui ont des grandes villes et donc davantage de concurrence.

 

FNCA : Nous vous remercions sur vos expressions. Nous vous donnerons les chiffres quand nous les aurons compris. Nous allons paraphraser SUDCAM et dire que les salaires à Guéret ne sont pas les mêmes qu'à Paris.

En 2020 accord unanime sur RCE RCI RCC avec un plancher de 250 € annuel sur les RCE (+0,76 % au niveau de la branche auquel se sont ajoutées les mesures locales).

L'année 2020 a été celle d'engagement significatif sur le maintien de l'emploi et des salaires. Nous savons qu'une OS ne veut pas en parler mais c'est bien de le rappeler. Rappel de l'accord sur les jours de congés et les maintiens de salaires à 100 % et ce sans recourir au chômage partiel.

Versement de la prime "PEPA" en 2020.

FO : Pour FO le maintien du salaire a eu un impact sur 2020, la prime PEPA a eu un impact sur 2020 mais cela n'a pas eu lieu dans le cadre des NAO.

FNCA : L'inflation 2020 a été de 0,21 %. L'inflation 2020 prévisible était de 1,05 %. L'inflation a été largement couverte en 2020.
Selon les informations dont nous disposons :
CACIB : 0,55 %
Études économiques de CASA 0,5 %
BDF : 0,5 %

La moyenne est de 0,52 %,     La variation est de 0,07 % par rapport à ce qui vous a été présenté en technique.

Cette inflation constitue un repère, ce n'est pas quelque chose de mécanique.

Les 4 critères doivent être pris en compte.
Dans le cadre des rencontres bilatérales, nous avons entendu une demande forte sur une mesure collective et pérenne.
Cette demande est partagée par la FNCA.
Si nous regardons nos concurrents, il n'y a pas de volonté d'avoir des mesures pérennes.

SUDCAM :    On vous a bien entendus et on partage plusieurs choses avec vous qui se retrouveront dans nos revendications et remarques que je vais vous exposer :
 
- Nous souhaitons des mesures pérennes et collectives ( vous nous dites que d’autres banques ne l’ont pas fait, mais pour reprendre vos termes leurs cadres est différent).
-L’augmentation de l’année dernière a été effectivement superieure à l’inflation mais si on prend une période plus longue (3 ans) les chiffres ne sont plus les mêmes et il n’est pas certain qu’il soit à l’avantage des salariés !
- Il a été fait allusion à une prime, (même si nous sommes davantage à des augmentations pérennes), force est de constater que les salariés partent cette année avec un déficit de 700E
- Il y a une incompréhension de notre côté à voir des CR continuer d’augmenter leur FRBG dans la situation actuelle.
 
En conclusion, le principe d’une augmentation en pourcentage avec un plancher est notre condition à la signature de cet accord. Nous sommes ouvert à la négociation pourra discuter des chiffre une fois que ce principe aura été accepté les 2 parties.


SNECCA :  Déclaration


C P P N I du 26/01/21      Déclaration préalable SNECA négociation sur les salaires 2021

Le SNECA remercie la délégation fédérale pour la qualité de sa présentation lors de la commission technique du 14 janvier. Nous avons bien intégré les différents risques et menaces qui pèsent toujours sur les Caisses régionales. Les évolutions règlementaires et de nouvelles obligations en matière de conformité continueront à impacter les Banques, notamment en matière de fonds propres.

L’activité économique de l’année 2020 aura été fortement affectée par la pandémie liée à la Covid-19. Pour autant, le Crédit agricole aura parfaitement joué son rôle d’OIV. Les Caisses régionales ont été fidèles au rendez-vous et ont assuré leur mission de partenaire et financeur des territoires. Les Agences sont ainsi très largement restées ouvertes pendant le premier confinement pour permettre, notamment aux professionnels, « d’enjamber cette crise ».

Grâce à la formidable mobilisation des équipes de CATS et de CAGIP, le télétravail, qui n’était jusque-là techniquement pas possible, a permis à des dizaines de milliers de salariés du Crédit Agricole d’exercer leur activité pour partie du domicile.

L’accompagnement social de la crise a été d’un bon niveau, grâce entre autres, à un dialogue de Branche de qualité. Dès le 2 Avril, Philippe Brassac annonçait que le Crédit agricole n’aurait pas recours au chômage partiel.

La Branche Crédit agricole a montré une nouvelle fois toute sa pertinence et un accord unanime portant sur « la prise des jours de repos et les mesures sociales d’urgence définies dans le cadre de la crise sanitaire » a été signé en avril 2020.
Au global en 2020, le Crédit Agricole n’aura donc pas eu recours au chômage partiel et tous ses salariés ont vu leur rémunération maintenue.

A noter que ce fut le cas pour l’ensemble du système bancaire français.

Malgré ce ralentissement économique très fort, l’activité en Caisse régionale est restée très dynamique avec la mise en place, à titre d’exemple, des PGE.
Plus de 20% des demandes ont été analysés en Caisse régionale pour un montant supérieur à 18 milliards (source résultats CASA 30/09/2020).

Les clients ne s’y sont pas trompés affichant leur reconnaissance avec une augmentation de l’IRC de 8 points.

Au 30 septembre, l’activité des Caisses régionales est en forte hausse avec une augmentation des encours de crédits (hors PGE) de plus de 5% (+8,2 avec les PGE) et une augmentation de la collecte de plus de 7%.
La conquête clients n’est pas en reste avec 114000 clients supplémentaires.

Cela se traduit dans les résultats financiers puisque le PNB résiste avec une baisse limitée à 1,5% et un résultat net part du groupe en baisse de seulement 8,2%, malgré un coût du risque en augmentation de 83% sur les 9 premiers mois de l’année (dont une part très importante de provisions sur des risques sains).

En 2020, la mobilisation de tous les salariés de la branche Crédit Agricole a donc permis cette performance remarquable.

A plusieurs reprises, le SNECA a demandé le versement d’une prime pour récompenser l’engagement des salariés.
La Branche aurait d’ailleurs pu s’appuyer sur le dispositif Macron.
Cette demande a été à chaque fois refusée, alors que les salariés de la BNP, du Crédit Mutuel, des Banques Populaires et même de la Société Générale en ont bénéficié.

En 2020, les 4 Organisations Syndicales représentatives de la Branche ont signé unanimement l’accord sur les salaires.
Celui-ci a permis à l’ensemble des salariés de maintenir leur pouvoir d’achat.

Mais 2020 aura aussi montré la forte dépendance de la rétribution globale des salariés de la Branche, au maintien des enveloppes d’intéressement.

Sans le versement de dividende de CASA aux Caisses régionales, celles-ci auraient pu baisser de 30 à 100% selon les endroits.
L’opération de fin d’année entre la SAS la Boétie et les Caisses régionales a permis pour l’exercice 2020 de neutraliser le non-versement du dividende ce qui devrait permettre de maintenir à minima les enveloppes d’intéressement pour les salariés de la Branche.

Pour 2021, les indices d’inflation retenus prévoient une augmentation de 0,45%.

Le SNECA demandera une augmentation pérenne sur les lignes RCE/RCI/RCC de 0,60%, soit une augmentation de 0,53% pour l’ensemble des salariés de la Branche, ainsi que le versement d’une prime brute de 1200€, pour enfin reconnaître l’investissement sans faille des salariés de la Branche Crédit Agricole.

Cette augmentation aura un coût pour les entités de la Branche de l’ordre de 140 millions d’€, à rapporter aux 3 milliards de résultats que les Caisses régionales génèrent année après année.

Cette demande est à rapprocher de la négociation qui s’est déroulée au Crédit Mutuel Alliance Fédérale où, en plus de l’enveloppe de 1,5 % de la masse salariale consacrée à des augmentations individuelles, une augmentation collective de 0,5% a été accordée à l’ensemble des salariés.
 

CFDT : Nous attendons la proposition fédérale.

FO : Nous avons fait une déclaration tout à l'heure et attendons vos propositions pour réagir.

FNCA : Compte tenu des échanges que nous venons d'avoir et le fait de vouloir une augmentation pérenne. L'année 2020 était exceptionnelle mais 2021 est aussi en train de le devenir. Malheureusement cela tend à se reproduire comme le réchauffement climatique.
Nous avons bien entendus vos propositions. 
Proposition FNCA : RCE, RCC, RCI : + 0,2 %

FO : Nous avons bien entendu votre proposition, qui se limite à une augmentation de 0,2 % sur la partie conventionnelle.
Sur la mesure 0.6 % avec un plancher + prime ?   Il va falloir faire un bout de chemin.

CFDT : C'est une négo qui va sans doute être compliquée car la situation est compliquée. La prime PEPA a bien été versée suite à la signature de CFDT et CGC.
Nous n'aurions rien à ajouter sur cette partie là de la déclaration du SNECA.
Beaucoup de gens ont eu une surcharge de travail, des choses irrationnelles. Il y a eu des résultats et des réserves solides. Il y a un besoin de reconnaissance des salariés, rationnel ou irrationnel.
On ne peut pas être dans une "négociation normale". Il faut trouver un mix qui permette d'intégrer tous les paramètres. Il faut une négo particulière.
Nous sommes sur un mix pérenne et prime.
Proposition : 0,52 % avec un plancher de 150 €. Une prime à 650 € brut.

FNCA : Merci pour vos prises de position. Une partie nous permet d'aller chercher un accord. On se retrouve vers 12h10.

Reprise à 12h12

FNCA : Nous partageons globalement les constats. Nous n'avons pas toujours les mêmes conclusions.
Une OS a dit qu'on commençait à -700 € par rapport à l'an dernier, mais on pourrait répondre qu'on commence à 1,27 % par rapport aux mesures locales et nationales.
Les seules mesures locales dans nos entreprises couvriront l'inflation.
Nous sommes pour des mesures pérennes et collectives, cela exclut donc des primes.

En 2019/2020 nous avons su faire des primes au niveau de la branche. Cela était lié à un contexte fiscal et social.
Une réponse à une interrogation sur les FRBG : ils dépendent des situations locales. Certaines ont fait le choix de provisions collectives. Mais rien n'est une aberration. 
Certaines OS ont cité d'autres établissements qui ont donné des primes PEPA. Certains réseaux nationaux ont fait des primes PEPA, des NAO qui n'en sont pas et des plans sociaux dans le retail.
En ayant entendu les propositions des 3 OS qui ont donné des chiffres.
Nous allons faire un pas tout de suite.
Augmentation de 0,3 % sur RCE seuls avec une notion de plancher de 120 €.

CFDT : Nous allons nous concerter en interne CFDT et avec les autres OS.
Accord des autres OS.

Retour à 14h02

FNCA : Nous allons reprendre nos travaux.

CFDT : Nous allons passer la parole à FO.

FO : Nous sommes attachés à avoir une signature des 4 OS

Au nom des 4 OS. : 

RCE, RCI, RCC : 0,52 %
Plancher : 200 €
Prime : 650 €

L'ensemble des OS serait signataire.

FNCA : Interruption de séance.

Reprise à 14h35

FNCA : Nous avons la satisfaction en intersyndicale pour aller chercher un accord. Ensuite nous nous sommes demandés si vous voulez réellement un accord.
Nous nous demandons si vous n'avez pas fait preuve de provocation.
Ayez en tête qu'avec une inflation à 0,5 et des mesures locales à 0,72 on couvre l'inflation.
Nous ne reprendrons pas la prime, car nous n'y sommes pas favorable.

Proposition : RCE 0,35 %
Plancher : 150 €

CFDT : Ce n'est pas une provocation que de maintenir une prime. Nous n'y sommes pas habituellement favorable.
0,35 fait 0,27.
Nous sommes loin mais en négociation.

FO : Nous allons demander une suspension de séance.

SUDCAM :      Si nous avons pris la peine de faire une proposition tous les 4 c’est qu’on pense qu’un accord est encore possible à ce stade.
La proposition qui vous a été formulée est une proposition équilibrée qui permet aux 4 OS de se retrouver sur des bases communes.
Nous allons faire une suspension de séance et discuter entre nous mais dites vous bien qu’il y a qq années encore nous n’aurions pas fait de proposition commune.
Un petit rappel qui a son importance : les 0,72%  (mesures locales) ne concernent pas tout le monde, alors que là on a l’opportunité d’agir sur le salaire de tous les salariés les toucheront.

 

SNECA : Pas de provocation. Nous avons fait une déclaration au début pour vous donner les éléments. Nous espérons parvenir à un accord.
Nous avons fait un pas énorme pour rejoindre l'ensemble des OS.

FNCA : Nous entendons qu'il y a une envie d'aller chercher un accord.

Reprise à 15h

SNECA (au nom des 4 OS) : Dans le cadre de l'intersyndicale, le SNECA a bien compris que la prime était rédhibitoire. Nous avions quantifié et chiffré le coût de nos propositions. 
Vous avez dit que le PNB des CR allait baisser, nous ne lisons pas dans les boules de cristal.
Nous sommes OK pour abandonner la prime.
La proposition en intersyndicale est
  RCE, RCI, RCC : 0,52 %
  Plancher : 250 €

Nous espérons que ce pas de géant aura écho chez vous.

FNCA : Nous entendons votre "pas de géant" et nous allons demander une suspension de séance.

Reprise à 15h24

FNCA : Nous notons que votre déclaration sur le fait de renoncer à la prime est une preuve de votre volonté d'aboutir.
Nous avons fait l'année dernière un gros effort.    Nous allons vous faire une proposition qui espérons le pourra parvenir à ce qu'on se rejoigne.

RCE : 0,4 %
Plancher : 150 €

Nous n'irons pas à une augmentation au niveau de l'inflation car nous tenons compte de la mesure locale et de la mesure nationale.
Il y a des bornes que nous ne pourrons pas atteindre.

SNECA : Nous actons le pas que vous faites. Si on est précis ce n'est pas un doublement.
Nous avons entendu vos propositions. Nous avons entendu que vous ne souhaitez pas aller à une proposition au niveau de l'inflation...

CFDT : Vous bougez dont acte. Nous notons votre côté taquin car 0,4 % des RCE n'est pas 2 fois 0,2 % RCE RCI RCC

SUDCAM : On note que vous avez bougé la partie RCE mais vous n’avez pas du tout évolué sur la partie RCI et RCC.  
On note surtout que vous n’avez pas évolué concernant le plancher. On va échanger avec les autres OS si on peut vous faire une proposition commune sur la base de ces éléments.
Vous vous éloignez de vos mandants sachez qu’on s’éloigne aussi des nôtres.
On s’associe à la demande de suspension de séance pour en discuter en intersyndicale.

FO : Nous sommes mitigés, cela nous fait beaucoup reculer....

Interruption de séance

Reprise à 15h55

CFDT (au nom des 4 OS) : A pratiquement 16h, nous sommes toujours 4 OS à parler ensemble.
Les propositions des OS étaient assez éloignées, nous nous rapprochons.
Nous entendons la problématique que vous avez au niveau national sur le fait de coller à l'inflation.

RCE RCI RCC : 0,45 %
Plancher 200 €

Vous avez 4 OS qui peuvent signer à cette heure.

FNCA : Interruption de 15 min.

Reprise à 16h16

FNCA : Vous avez dit que vous étiez encore 4 OS à 16h. Nous avons entendu vos efforts.

Nous sommes OK pour une augmentation des RCE à 0,45 %.
Si nous pouvons parvenir à un accord, nous aurions un plancher de 150 €.

S'il n'y a pas d'accord, augmentation des RCE seuls de 0,45 %

SUDCAM : Nous avions un mandat. Dans notre ultime proposition nous étions déjà en dessous de ce mandat…mais on l’assume, puisque l’objectif étant d’avancer à 4.
A ce stade, nous n’avons plus de mandat. 
 Nous trancherons donc lors de notre prochain CN qui se tiendra la semaine prochaine. Nous reviendrons vers vous en temps et en heure. Nous y étions presque, c’est dommage.

CFDT : On rate peut être une signature à 4. Le plancher à 150 € crée un gap. Nous avons souvent des positions où nous disons non ou on consulte positivement. Sur le coup nous sommes mitigés. Nous vous demanderons donc un délais jusqu'au 12 février. Nous devons peser à la fois une déception et la reconnaissance d'un chemin parcouru.

SNECA : Le rapporteur nous a un peu surpris. Nous sommes arrivés à l'ultime proposition. Nous nous sommes rejoint sur le 0,45 % mais pas sur toutes les composantes. Nous n'avons pas le mandat avec une augmentation de 0,35 %, en intégrant RCE RCI nous atteignons 0,4%. Nous avons bien travaillé, le dialogue est toujours là mais nous sommes en décalage avec notre mandat. Nous vous donnerons réponses après avoir interrogé notre comité directeur.

CFDT : nous avons entendu que c'était votre dernière poroposition, nous vous demandons  une dernière interruption .........

Reprise à 16h46

CFDT : Nous sommes toujours dans une démarche très collective. Nous allons essayer de laisser sa chance au produit.
Si vous étiez en capacité d'avoir des signatures et des consultations.
Notre proposition

RCE RCI RCC : 0,45 %
Plancher 150 €

Là dessus vous auriez 2 signatures et 2 consultations des 2 autres OS qui disent que ça vaut le coup de tenter.

FNCA : Le signe est positif mais nous avons outrepassé nos mandats.
Suspension de séance

Reprise à 17h07

FNCA : Nous ne souhaitions pas une proposition d'accord sans réponse.

Nous allons rester sur une alternative
Pas de signature : 0,45 RCE
Si signature : 
0,45 RCE RCI RCC
Pas de plancher

Ou 
0,45 RCE
Plancher 150 €

CFDT : Nous avons à chaud une question technique. Si une OS est pour une proposition et une autre pour l'autre. Que fait on ?

FNCA : C'est l'une ou l'autre

SUDCAM : Votre choix d’alternative peut créer des positionnements différents entre les syndicats.
Nous ne pouvons aucunement empêcher une OS de signer ou de ne pas signer.
Nous respectons votre proposition,
mais elle est difficilement entendable.

CFDT : Nous allons prendre une interruption

Reprise à 17h32

SNECA : L'ultime et dernière proposition nous va bien soit une augmentation de 0,45 % sur tous les pavés.
Nous serons signataires.

CFDT : Les 2 propositions sont intéressantes. Nous serons favorables à la proposition sur 0,45 % sur tout.

SUDCAM : Nous avions apprécié la négociation jusqu'à le dernière proposition. Nous sommes pas à l'aise avec celle-ci, c'est choisir entre les hauts et bas salaires. Nous allons consulter notre base pour savoir si on va signer. cette dernière proposition nous gène car c'est faire se battre les OS sur savoir qui a raison. Nous ne l'aimons pas du tout.

FO : Nous allons consulter et nous vous dirons ce que nous allons faire.

FNCA : Nous considérons que nous avons un accord avec 2 OS.
Nous laissons jusqu'à la fin de la semaine prochaine pour signer.
Nous sommes heureux d'avoir fait une négociation dans un climat, serein et constructif.

Fin de la séance à 17h39

 

Cette page à été rendue publique  SANS CORRECTION
dès la fin de la séance .

C'est cela la TRANSPARENCE SUDCAM
Pour toute info sur ce Direct
n'hésitez pas à nous contacter