Une retraitée quitte le CA après 35 ans de fidélité Motif : JP. Chifflet et ses +35%....


Publié le 26/01/15
Dernière mise à jour le 26/01/15

Une retraitée indignée nous prie de publier cette lettre.

Ce que nous faisons bien volontiers.
pour plus d'informations sur les augmentations de nos dirigeants lire ce tract

 

Fac similé de la lettre de Mme GOETZ

Marcelle GOETZ
Le Chaumeilhas
07510 Sainte-Eulalie

à

Monsieur Jean-Paul Chifflet

Directeur Général du Crédit Agricole

Le 19 décembre 2014

 

 

Monsieur,

J’ai été cliente du Crédit  Agricole  depuis 1980 : 35 ans . La Banque où étaient domiciliés les mouvements principaux de mes quelques moyens financiers.

Aujourd’hui je quitte le C.A.   Motif : VOUS.

Il est indiqué dans Wikipedia que votre rémunération  a augmenté de 36% entre 2012 et 2013. Au prétexte que vous aviez bien travaillé, bien conduit le Crédit Agricole. Dont acte. Je n’ai trouvé nulle part démenti de cette information.

Bravo d’avoir été efficace, d’avoir bien travaillé. C’est d’ailleurs ce qu’on attend de tout travailleur, c’est la condition de toute embauche. La norme. Bien remplir le contrat. Est-ce si rare qu’il faille pour autant augmenter de 36% un DG qui le fait? Est-ce que le C.A. accorde à ses bons employés de telles augmentations ?

Votre rémunération en 2012 : 1.500.000 € annuels (89 fois le SMIG) vous évitait les fins de mois tristes.  En 2013, cette rémunération passe à 2.100.000€ (119 fois le SMIG).  Bravo : vous avez enfin pu passer du poulet dominical au chapon. Et du Côte d’Ardèche au Saint-Joseph, je m’en réjouis pour vous.

Peut-être avez-vous partagé les 600.000 € de récompense avec les bons employés du Crédit Agricole, ceux qui eux aussi travaillent bien et concourent, à leur modeste place, à la bonne santé de l’établissement. Comme Wickipédia n’en dit rien, je suis réduite aux hypothèses, mais ouverte à toute information.

En l’état, je n’ai nulle envie de cautionner la pratique  indécente des rémunérations démesurées à laquelle quelques grands patrons,  atteints par le virus de la démesure, adorent se livrer. Pour qui se prennent-ils ? Ont-ils seulement pris le temps de se regarder tout nus dans le miroir ? Ont-ils un estomac d’ogre, et besoin de 100 fois plus que leur plus modeste employé  pour vivre ?

Comme j’ai gardé, malgré mon grand âge,  la capacité de m’indigner, je fais ce geste, symbolique parce qu’individuel, j’en conviens. Mais vous savez bien qu’il exprime ce que beaucoup pensent, et que s’il était relayé, il cesserait de n’être que symbolique. Je secoue donc aujourd’hui la poussière de mes petits comptes bancaires au Crédit Agricole.

 

Mais surtout, je vous propose d’oser le geste qui vous honorerait et vous inscrirait dans la mémoire de notre pays comme un homme très doué, c’est sûr, mais aussi intelligent et désintéressé,  au service de ses semblables, et faisant objection de conscience, face à des collègues qui ont perdu le sens de la mesure et dont les rémunérations sont une injure pour les gens simples et capables.

Serez-vous celui qui donnera l’exemple de ramener sa rémunération à  la mesure juste  des besoins d’une vie de cadre de qualité ?

 

Sans acrimonie, mais sans indulgence, je vous salue.

 

Marcelle Goetz

P.S.     J’ai le projet de communiquer copie de ce message le plus largement possible

Voici quelques réactions :

Chère Marcelle,
Je me joins bien volontiers à ton invitation à partager ton indignation.
La perte des valeurs et des repères est beaucoup plus flagrante chez les grands (?) patrons que chez les jeunes adolescents qui en sont souvent accusés.
Faudra-t-il à nouveau une révolte populaire et couper des têtes pour que tous retrouvent enfin le sens du bien public, de l'intérêt général, de la justice sociale, des exigences du vivre-ensemble, de la décence et de la dignité ?
L'avidité et la cupidité sont en train de dévorer notre civilisation qui, à ce train là, n'en n'a plus pour bien longtemps.
Diront-ils qu'ils ne s'étaient pas rendus compte de la gravité de leurs actes ? Diront-ils qu'ils n'avaient pas été prévenus de ce qui va arriver ? Diront-ils que leur valeur personnelle justifiait leur prédation sans freins ni limites ? Qui les pleurera quand leur tête roulera dans le panier ? Faudra-t-il que l'histoire se répète pour qu'ils en prennent conscience ?
Merci de lancer l'alerte et de sonner le tocsin.
Les temps qui viennent seront terribles.
Des voix comme la tienne, si précieuses, seront-elles entendues ?
Beaucoup pleureront quand il sera trop tard.
Merci ne ne pas succomber à la résignation.
Avec tout mon soutien.
Pascal.

Marcelle, je ne peux que te trouver ADMIRABLE!
Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu écris. RIEN ne justifie de pareils salaires!
Il en est de même des joueurs de foot, de tennis... mais aussi d'animateurs de TV ...
Bravo, car changer de banque n'est pas facile.
Des bises étoilées.  Sylvie.

Bravo Marcelle!
Ta lettre est parfaite et ton geste s'il était rejoint par des milliers d'autres les ferait certainement réfléchir.
Etant pour ma part à la Caisse d' Epargne, je ne personnellement peux t’emboîter le pas...
Bon Noël à vous deux.
Hervé.

J'espère que ça va lui couper le chifflet!
Bisous Estelle

Je vois que tu n'as rien perdu de ta capacité de révolte !! et que le brouillard ne t'embrume pas les méninges pour autant ni ne paralyse ton humour assurément parfois piquant !
Je transmets  ta demande ( bonnes adresses de diffusion etc) à Frédéric et te ferais part de sa réponse si toutefois il est en mesure de te donner des adresses utiles.
Monique

 

Bravo, bien envoyé, sans acrimonie mais sans indulgence. Une lettre comme cela ça vous requinque.
Denise et Pierre

Il est bien normal de s'indigner et de le dire. Il y en a qui le font avec humour, 
Odette

Alors là, bravo !! Quelle plume !!
J'adore !! et je m'indigne aussi fortement !!
Je fais suivre ta lettre à toutes mes sources......c'est toujours ça!
Gros bisous